Le contexte du renouvellement de la question urbaine

 

Hammarby, Stockholm

 

 

Le développement d'expérimentations de type "éco-quartier" dans les pays d'Europe du Nord suite au Sommet de la Terre de Rio en 1992 a permis de dégager les grandes orientations de la ville de demain et de les faire converger avec les attentes des habitants en terme de qualité de vie. Ces quartiers pilotes sont réalisés à l'occasion d'expositions internationales (Kronsberg à Hanovre, B001 à Malmö), en vertu de programmations urbaines innovantes (Hammarby à Stockholm) ou sur des propositions de groupes d'habitants (quartier Vauban à Fribourg-en-Brisgau).

 

Près de 80% de la population française habite dans ou à proximité des villes. Les espaces urbains concentrent près de 80% des consommations globales d'énergie et plus de 50% des émissions de gaz à effet de serre, essentiellement par les transports et les constructions. Les aires métropolitaines noient la distinction entre ville et campagne et l'aspiration à la propriété individuelle de type pavillonnaire accentue le recours à l'automobile et donc la création d'infrastructures routières. C'est le phénomène de l'étalement urbain, véritable antithèse du développement durable. Chaque année, 10 000 hectares de prairies et de champs disparaissent et tous les 6 ans c'est l'équivalent en surface d'un département qui est urbanisé (Elisabeth Pélegrin-Genel, Des souris dans un labyrinthe. Décrypter les ruses et manipulations de nos espaces quotidiens, Ed. La Découverte, Paris, 2010). La fabrique urbaine fait perdre à l'homme le contact avec les grands cycles de renouvellement de la nature.

 

Il est essentiel d'agir pour réduire l'empreinte écologique des nouveaux quartiers construits et plus largement de l'ensemble de la ville appelé à un renouvellement: une ville dense mixant les fonctions urbaines, des bâtiments économes grâce à une conception bioclimatique, une gestion de la ressource "eau" dans le respect de son cycle, la réintroduction de la biodiversité, la mixité sociale, la mobilité durable, l'intégration de la notion de coût global, une démarche participative citoyenne.

 

 

Projet "Danube", Strasbourg

 

 

Les défis de l'habitat durable (et désirable) ne concernent pas seulement les métropoles. Imaginer un urbanisme économe en ressources et respectueux de l'environnement, qui favorise les solidarités horizontales et l'accès à un logement de qualité pour tous à chaque étape de la vie, est devenu une nécessité qui s'impose à tous les échelons des collectivités, y compris aux communes rurales les plus modestes. La conversion des collectivités à une approche urbanistique durable nécessite une volonté proactive et pragmatique, en particulier en ce qui concerne l'encadrement et le contrôle de la délégation de maîtrise d'ouvrage des aménagements.

 

En France, l'appropriation collective des enjeux de l'écologie urbaine s'observe dans une frange de la population avec un certain temps d'avance sur les institutions. Depuis 10 ans à Strasbourg, des habitants aspirent à une participation au renouvellement de la question urbaine. L'association ECO-QUARTIER Strasbourg est née en 2001. Face à l'inertie institutionnelle, ses membres ont concentré leurs forces dans des projets d'habitations engagés et faisant sens de manière à porter le débat au plus près de leurs concitoyens. Alors que des centaines de groupes de projet émergent un peu partout en France, EQS soutient 8 groupes d'autopromotion, dont 2 hors CUS en milieu rural, à Saint-Dié-des-Vosges et à Saverne.

 

 

 Eco-logis, Strasbourg

 

 

Fontaine aux Abeilles s'est affirmé en renonçant à l'aspiration à l'habitat pavillonnaire. Le choix de l'échelle intermédiaire, sous la forme de l'habitat groupé, c'est revenir pour une part à un certain bon sens partagé par nos aïeux: gestion raisonnée de l'espace (côté rue et côté jardin), protection contre les agressions météorologiques, insertion paysagère, lien social... Mais c'est aussi donner à l'intelligence collective un terrain privilégié pour s'exprimer et élaborer des solutions innovantes. La valorisation et la mutualisation des espaces intermédiaires traduit dans l'architecture du projet la confiance placée dans les valeurs d'entraide et de partage.

 

 

Munksoegaard, Scandinavie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour