Le contexte de l'aspiration à un "vivre ensemble autrement"

 

 

 

En réaction à l'individualisme, à l'explosion de la sphère familiale, aux défis sociaux et écologiques, l'habitat participatif - qu'il se nomme habitat groupé autogéré, groupe d'autopromotion ou coopérative d'habitants - trouve en France un nouvel écho après 20 ans de quasi-absence.

 

Le mouvement coopératif d'habitation voit le jour sur le sol national dans la seconde moitié du XIXè siècle avec les coopératives de production de logements ouvriers constituées par les syndicats ouvriers. A la sortie de la seconde guerre mondiale, dans un contexte de grave pénurie de logements, de nouvelles réponses pour loger les plus démunis doivent être trouvées. Le mouvement Castors naît ainsi en 1950 de l'initiative de personnes qui décident de se regrouper pour construire ensemble leurs logements. Une loi de 1947 permet le développement d'expériences coopératives qui permettront de réaliser près de 40 000 logements en "location-attribution". La plus connue est la Cité Radieuse de Le Corbusier à Rezé, près de Nantes.

 

 

Sur le toit de la Cité Radieuse

 

 

Plans conçus avec les habitants, participation à l'entretien de l'immeuble (les "heures castors"), des espaces dédiés au collectif et des espaces verts partagés, et surtout un statut juridique particulier: chaque locataire dispose d'un droit d'usage cessible et transmissible en contrepartie d'une contribution au financement de la construction. Ainsi se crée une solidarité entre les coopérateurs qui se trouvent associés à la vie de l'immeuble et à sa gestion, permettant un système de rotation d'appartements entre les familles en fonction de la composition du foyer.

 

En 1971, le loi Chalandon met fin au statut de locataire-coopérateur et impose de choisir entre la location HLM et la propriété individuelle. Depuis 2005, le réseau Habicoop travaille à la renaissance des coopératives d'habitants (www.habicoop.fr) et soutient entre autres une première expérience concrète à Villeurbanne avec des partenaires de l'habitat social, sous le nom de "Village Vertical" (www.village-vertical.org).

 

 

 

 

Au lendemain de mai 68, des centaines d'expériences communautaires fleurissent mais rares sont celles qui perdurent plus d'un an, le phénomène communautaire n'intégrant pas d'espace privé autonome dévolu à chaque foyer. Dans les années 1970, les projets d'habitat groupé préfèrent se revendiquer des démarches politiques de type autogestionnaire.

 

En 1978 naît le Mouvement pour un habitat Groupé Autogéré qui se dote d'une charte au sein de laquelle on retrouve l'ensemble des principaux éléments qui définissent l'habitat groupé en autogestion: conception et gestion collective de l'habitat, respect des principes démocratiques, mutualisation des moyens, recherche d'une certaine mixité sociale et générationnelle ou tout au moins d'une ouverture au quartier et à la ville. Le mouvement va se mettre en sommeil dans la seconde moitié des années 1980. Il émerge à nouveau sous le nom Eco Habitat Groupé pour valoriser la maîtrise d'usage d'habitants qui cherchent à s'émanciper des lois du marché et du rôle restreint de consommateurs auxquels ils sont assignés.

 

 

 

L'aggravation de la crise du logement mais également l'intégration des enjeux écologiques du développement durable ainsi que le désir d'une vie sociale plus ouverte et plus riche semblent remettre au goût du jour les projets d'habitat groupé en France. Les piliers de ces divers types d'habitat participatif sont: la création d'un collectif d'habitants, une réappropriation de l'espace social fondée sur la notion de partage (mutualisation d'espaces et d'équipements, participation à l'économie sociale et solidaire), intégration des préoccupations environnementales.

 

Ces initiatives rencontrent de nombreux obstacles: environnement juridique national peu adapté, méconnaissance par les responsables politiques et les institutions financières, difficultés liées à la gestion collective et à la réinvention d'un espace démocratique vrai, durée de la mise en oeuvre, manque d'accompagnement spécialisé et de ressorces professionnelles compétentes. la structuration du mouvement au niveau national, l'approfondissement du partenariat institutionnel avec les collectivités, l'émergence de professionels de l'assistance à maîtrise d'ouvrage spécialisée sont des pistes pour élargir ce potentiel d'alternative à la promotion immobilière classique.

 

la convergence des dynamiques associatives s'est réalisée peu à peu à travers une série de rencontres régionales et nationales, organisée par Habicoop et EcoHabitat Groupé pour converger à Strasbourg en novembre 2010. Pendant trois jours, dans la foulée du Forum des Ecoquartiers organisé par la Communauté Urbaine de Strasbourg, près de 500 acteurs des mouvements associatifs sont venus participer à plus de 20 ateliers et conférences animés par plus de 70 intervenants, à des visites de réalisations en Allemagne et à Strasbourg, et rencontrer des professionnels, des bailleurs sociaux ainsi que des élus, dans le cadre des premières Rencontres Nationales de l'Habitat Participatif sous l'égide de l'association EQS.

 

 

 

 

Ce retour de l'habitat participatif correspond surtout au désir de citoyens de se réapproprier l'acte de penser, de bâtir et d'habiter (le séjour des hommes selon le philosophe Martin heidegger), et ce dans un sens social refondé.

 

 

Dans toutes les sociétés, le logement est une des préoccupations majeures des citoyens. [...] Cette préoccupation, qui fait souvent la une de l'actualité, n'est pourtant pas toujours perçue comme intimement liée à notre "être". Le logement est encore trop souvent considéré comme un indicateur économique, une donnée statistique, c'est-à-dire un bien comme un autre. Le logement se construit, se loue, se vend, se détruit comme n'importe quel bien de consommation courante... Pire, il devient un objet de spéculation sans contrôle, ni limite!

(Préface du CAUE du Bas-Rhin au Guide pratique de l'autopromotion, publié par l'association ECO-QUARTIER Strasbourg et le CAUE du bas-Rhin, octobre 2010)

 

 

 

 

 

 



03/06/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour